Le climat

L’observation météorologique

Günter Gloth

Passionné de météorologie, Günter Gloth collabore depuis 2014 avec Météo-France, en tant que correspondant effectuant des relevés de précipitations, de températures et observant tout phénomène climatologique. Pour cela, il dispose d’une station météo équipée de multiples capteurs sur sa terrasse-jardin. En nous confiant ses données, il permet la restitution publique des paramètres relatifs aux phénomènes naturels constatés sur le piémont cévenol ardéchois. D’une famille de passionnés, il a mis son frère, agent au service météorologique allemand lorsqu’il était en activité, à contribution : celui-ci l’a pourvu d’un anémomètre pour vérifier la vitesse du vent, d’un hygromètre afin de déterminer le taux d’humidité… Mais la technique ne vaut qu’en fonction de sa maîtrise et n’exclut surtout pas l’appréciation humaine : comme les anciens, il observe la voûte céleste pour en déterminer la nébulosité (sur une échelle de 1 à 8). Il précise : « Une technologie hypersophistiquée, c’est bien, mais l’œil humain sera toujours indispensable ! »
La thermométrie est le domaine de la physique qui concerne la mesure de la température. Parmi les grandeurs physiques, la température est l’une des plus délicates à mesurer de façon rigoureuse. D’où le recours à des capteurs automatiques…
Quant à la pluviométrie, la méthode de relève accepte des versions plus artisanales mais exige également de la rigueur. La pluviométrie est l’évaluation quantitative des précipitations, de leur nature (pluie, neige, grésil, brouillard) et leur distribution.

 

 

 

Pluviométrie récapitulatif 1994-2020 ICI

 

Thermométrie récapitulatif 2006-2020 ICI


Les impacts du réchauffement climatique sur l’agriculture locale

Consultez l'étude de la chambre d'agriculture sur l'impact du réchauffement climatique

La Chambre d’agriculture de l’Ardèche a récemment restitué aux élus des communes l’étude sur le climat en Pays Beaume Drobie. Tour d’horizon des impacts du réchauffement climatique sur le territoire.
Cette étude, réalisée en lien avec météo France Toulouse, vise à projeter les impacts du réchauffement climatique sur notre territoire à l’horizon 2050-2100 afin d’en étudier les conséquences sur l’agriculture locale, et les leviers pour agir.
En effet, la surface des espaces naturels (les forêts et rivières) représente 78% du territoire de Beaume Drobie, et 18% de terrains agricoles sont également directement concernés par ces enjeux. D’ici à 2050, l’étude révèle entre autres une augmentation des températures de plus 4 degrés, avec des périodes de sécheresse plus longues, et des épisodes de pluies plus intenses (+48% en mars par exemple). Aussi, 57% du territoire est considéré par l’étude comme étant très sensible à la sécheresse, ce qui risque de considérablement affecter la production locale (changement de cultures ?) dans les prochaines années.

Lire l’étude ICI